top of page

Sydney

Le voyage de l’Epsilon devait s’achever par un séjour en Australie. Raphaël et sa suite passèrent d’abord par Sydney.

Tous retrouvèrent avec plaisir Austin Parker, l’Alpha, et son hospitalité.

Adrian se précipita vers la plage avec une planche de surf et défia Darren dans son sport de prédilection.

Jade fut ravie d’accueillir Mégane et se prit d’affection pour Gabriel. Les jumeaux ne furent pas négligés non plus. La femelle Alpha avait assisté à leur naissance et elle les considérait un peu comme ses propres enfants.

Cette visite avait pour objectif de contrôler le siège lycan inauguré récemment. Les rapports transmis par Johnny Harper étaient rassurants.

D’autres Gardes avaient été formés. Plusieurs antennes avaient été ouvertes à Melbourne, Adélaïde, Brisbane et Perth. Toutes avaient des résultats prometteurs.

Clément était satisfait de son travail. Il ne s’était pas contenté d’aller plus loin qu’une évaluation avec Johnny, il en avait fait un leader. Le passé du Garde n’avait pas d’importance en regard de ce qu’il avait accompli en tant que Commandant local.

Si Raphaël avait eu des doutes le concernant, il accordait à présent toute sa confiance à Johnny.

Kyle Davis avait quitté Sydney et dirigeait à présent la filiale de Perth, à l’autre bout du pays. Cette nouvelle mission était une révélation pour le lycan. Il n’avait jamais imaginé être à la tête d’une telle organisation.

Ce poste avait été validé par le Conseil et par Clément. Le choix des futurs Gardes appartenait à Clément et Johnny. La formation était assurée par des Gardes parisiens envoyés pour l’occasion et habitués à cette tâche.

Debra, la compagne de Johnny continuait son travail à la librairie. Elle arborait avec fierté un ventre arrondi. L’accouchement était prévu pour début juin. Autant dire demain.

L’instinct de Lilith lui disait que l’événement était imminent. Elle veillait sur la future maman comme un bien précieux.

Kyle, de son côté, s’était uni depuis peu avec une lycane du nom de Sienna. Native de Goomalling, la jeune femme avait toujours vécu dans le bush.

Cette partie de l’Australie ne comportait qu’une seule meute, imposante en nombre, qui vivait en grande partie dans le désert.

Cet isolement était idéal pour l’émergence des louveteaux et les Pleines Lunes. C’était précisément à cet endroit que Raphaël avait prévu un rassemblement identique à celui des USA. L’espace y était plus que suffisant pour recevoir tous les lycans qui souhaiteraient venir.

L’Alpha, Douglas Aymer, menait ses loups d’une main ferme. Les hommes et femmes étaient si nombreux que cette direction nécessitait d’avoir du charisme et une autorité et une prestance à toute épreuve.

Douglas était Alpha depuis plus de dix ans. Personne n’aurait l’idée de lui contester sa place. Après tout, personne ne se voyait diriger le groupe. La tache n’était pas une sinécure.

À cet instant, Raphaël était à Sydney et se préparait au rassemblement qui s’annonçait. Celui des rocheuses Américaines avait été éreintant. Que serait celui-ci ?

— Ce voyage ne devait-il pas être des vacances ?

La question de Clément fit sourire l’Epsilon.

— Non. Il est exactement ce qu’il devait être. Des moments de rencontres et de partage. J’offre aux lycans du monde la possibilité de rencontrer leur chef.

Raphaël n’aurait jamais imaginé que tant de monde se déplace juste pour lui. Bien sûr, les lycans souhaitaient rencontrer également Mégane et Gabriel. La famille était attendue et tous voulaient échanger un mot, un sourire, un toucher.

Une agitation soudaine attira l’attention des deux amis. Nancy courut vers eux.

— C’est Debra ! Elle va avoir son bébé !

Donc, Lilith avait raison. Le don Oméga était vraiment exceptionnel.

Mégane, Jade et Lilith s’étaient enfermées avec Debra. Même Johnny était exclu.

Ce dernier tournait en rond devant la chambre, hésitant entre rejoindre sa compagne contre l’avis des femmes qui l’accompagnaient ou demander à être assommé pour supporter l’attente.

— Pourquoi n’ai-je pas le droit d’assister à la naissance de mon enfant ?

— Ordre de Lilith. On ne discute pas les ordres des Omégas quand ils s’occupent de patients.

Les paroles du Tau étaient imparables. Les Omégas n’avaient aucune autorité sauf en matière de soins.

— Tu ne me rassures pas, là. Est-ce que ça veut dire qu’il se passe quelque chose de grave ?

— Rien d’anormal, intervint Raphaël. Je pense surtout que Lilith ne veut pas être dérangée dans sa tâche. Sois sans crainte.

Au bout d’heures interminables, des pleurs retentirent. La porte s’ouvrit sur Mégane qui tenait un nouveau-né dans ses bras.

— Félicitations, Johnny, c’est un garçon.

bottom of page